A propos du portage

A propos du portagePorter son enfant, c’est le rendre capricieux ! Porter son enfant, c’est s’en rendre dĂ©pendant ! En portant son enfant, on s’esquinte le dos ! Des idĂ©es reçues, vraies ou fausses, sur le portage…

Porter son enfant, c’est le rendre capricieux

Faux !

 

Le bébé porté participe à la vie de son porteur et de la famille. Il n’a donc pas à se manifester pour attirer l’attention et satisfaire son besoin de communication. De plus, ayant largement profité du contact physique dans la journée, il accepte plus facilement le moment de la séparation. Le coucher n’est plus mission impossible !

Porter son enfant, c’est s’en rendre dépendant

Faux !

L’enfant porté se sent bien. Etre collé serré contre sa maman lui suffit. Il est donc moins en demande des bras et d’attentions qu’il sait à portée de main, au cas où. La maman a donc moins à s’occuper de lui. Et elle peut tranquillement vaquer à ses occupations, lire, cuisiner, jouer avec le reste de la fratrie, les mains tout à fait libres (l’amplitude des mouvements et certaines actions sont cependant limitées).

En portant son enfant, on s’esquinte le dos

Vrai et faux !

Pour ne pas se faire mal au dos et aux reins, il suffit de bien porter son enfant. Il faut pour cela se doter d’un porte-bébé de qualité. S’il s’agit d’une écharpe de portage par exemple, son tissage est particulier : il assure la solidité du tissu qui ne se distend pas, garantissant ainsi la bonne tenue du bébé dedans. Reste à bien la nouer pour que l’enfant soit correctement positionné contre le porteur. S’il en est un peu éloigné, celui-ci a tendance à faire contrepoids en se penchant. Le porte-bébé ventral dit « kangourou » (une sorte de siège en tissu préformé) peut faire mal aux épaules du porteur s’il est mal ajusté (les armatures tirent, devant ou derrière).

 

Brindilles