Annoncer sa grossesse à son employeur

Annoncer sa grossesse à son employeurNous avons toutes en tête le récit d’une amie dont le contrat n’a pas été renouvelé après l’annonce de sa grossesse, ou l’impression de placard au retour du congé maternité…

Pourtant la législation est stricte en ce qui concerne la protection des femmes enceintes au travail.

Il n’en reste pas moins, qu’à ce jour, la « Haute Autorité de la Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité » (HALDE) est très régulièrement saisie à ce sujet, preuve que les problèmes existent, et malgré une législation claire, les jeunes mères sont très souvent confrontées à des pressions, ou des mises à l’écart.

Dans cette ambiance, annoncer sa grossesse à son employeur peut réellement être une source d’inquiétude.

Quand annoncer votre grossesse à votre employeur ?

Aucun délai légal n’est prévu pour annoncer sa grossesse à son employeur.

Cependant, notamment si vous exercez un métier pénible ou nécessitant le contact avec des produits dangereux et même dans les autres types de métier, il est quand même intéressant pour tous d’annoncer votre grossesse rapidement, pour que vos conditions de travail soient aménagées et adaptées.

Dans les faits, il est fréquent de l’annoncer à son employeur juste après avoir fait sa déclaration de grossesse, la première échographie est passée, les premières semaines écoulées.

Il faut lui faire parvenir un courrier avec accusé/réception attestant de votre grossesse, la date présumée d’accouchement devra figurer sur le certificat médical que vous joignez à ce courrier.

Vous pouvez bien-sûr prendre un rendez-vous avec votre chef de service pour lui annoncer et lui remettre un courrier en main propre à cette occasion, mais n’oubliez pas, cependant, de demander un récépissé de ce courrier, à glisser dans votre dossier Maternité.

Les droits de la femme salariée pendant la grossesse

– Vous êtes autorisée à vous absenter pour effectuer votre consultation mensuelle, en contre partie vous devez bien-sûr lui fournir un certificat médical.

La consultation mensuelle est assimilée à un temps de travail effectif, vous ne devez pas subir de réduction de salaire.

– Vous pouvez avoir droit à des aménagements d’horaires, à vérifier dans la convention collective de votre entreprise.

N’hésitez pas à rencontrer les représentants du personnel de votre entreprise, ils vous donneront certainement de précieux conseils sur vos droits et devoirs pendant votre grossesse.

– En cas de travail pénible ou en contact avec des produits toxiques, vous devez être affectée à un nouveau poste, sans changement de rémunération.

Si par hasard, aucun poste ne peut vous être attribué, il devrait vous être proposé un arrêt maladie.

– Vous ne pouvez pas être licenciée, en dehors d’une faute professionnelle grave, dès que votre grossesse est annoncée à votre employeur et ce, jusqu’à 4 semaines après votre retour du congé maternité.

– Si pendant votre absence, il a été procédé à des augmentations de salaire pour le personnel, vous pouvez également y prétendre (revalorisation qui a souvent lieu en fin d’année…)

Consulter la brochure :

Une grossesse sans discrimination. Publication de la HALDE

 

Brindilles