Brindilles soutient Demain Propre

demain-propre-grenouilleDemain Propre, fabricant 100% français et innovant dans un secteur important pour Brindilles -les couches lavables– se prĂ©sente Ă  quelques difficultĂ©s.

Bien que Brindilles ne distribue pas Demain Propre, nous avons choisi de soutenir ce merveilleux fabricant engagé, et de relayer les actions citoyennes entreprises depuis quelques semaines.

Ci-dessous : la copie d’un courrier envoyĂ© par Arnaud Guillaubez, qui prĂ©sente les faits,  sources des difficultĂ©s de ce jour.

Ce message de soutien est relayé à nos 23.000 clients inscrits à la newsletter Brindilles. Nous vous invitons à lire les problèmes présentés par Demain Propre, et à vous engager avec dignité et sens à leur côté.

L’Ă©quipe de Brindilles

 

Guillaubez Arnaud
DEMAIN PROPRE
37 rue Brillat Savarin
01100 OYONNAX
N° : 499 150 142 00010
N° TVA : FR37499150142

 

Oyonnax, le 27 Mars 2013

 

Madame, Monsieur

 

Je suis Arnaud Guillaubez, dirigeant d’une entreprise individuelle sous le nom commercial «Demain Propre».

J’ai commencĂ©, avec ma femme, en 2007 mon activitĂ© de dĂ©veloppeur, confectionneur, distributeur de couches rĂ©utilisables pour bĂ©bĂ©s, entièrement fabriquĂ©es en France (tricotage des tissus, ainsi que leur teinture, ennoblissement et confection).

 

Depuis 2008, je dĂ©veloppe une couche rĂ©utilisable innovante pour laquelle je dĂ©pose un brevet d’invention EuropĂ©en INPI. Elle est en tissu bio-polyamide vĂ©gĂ©tal dĂ©nommĂ© «greentissu» (fabriquĂ© Ă  partir de la plante de ricin). C’est le premier tissu au monde qui ressemble Ă  du lycra mais qui est vĂ©gĂ©tal et non pas en polyamide (les essences fossiles (carburant) ont Ă©tĂ© remplacĂ©es par des essences de plantes). Ce tissu prĂ©sente l’intĂ©rĂŞt d’être bactĂ©riostatique, ultra rĂ©sistant, thermo-rĂ©gulant et sèche très rapidement.

 

Les propriĂ©tĂ©s de cette couche dĂ©nommĂ©e «phytocouche VJET» (intĂ©gralement bactĂ©rio-statique:m tests laboratoires INTERTEK effectuĂ©s) permettent de la laver Ă  des tempĂ©ratures standards pour une meilleure maĂ®trise de notre consommation Ă©nergĂ©tique, et favorisent son intĂ©gration dans les collectivitĂ©s et structures de la petite enfance. Ces propriĂ©tĂ©s lui ont Ă©galement valu d’ĂŞtre Ă©lue Eco-produit 2012 et de faire partie du plan dĂ©partemental de l’Ain de rĂ©duction des dĂ©chets 2010 – 2014 car elle prĂ©sente tous les critères requis par l’Ademe pour ĂŞtre Ă©cologique au maximum. En effet, un bilan Ă  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© dès 2008, tant sur la rĂ©duction des dĂ©chets que dĂ©montrant l’Ă©conomie financière rĂ©alisable (sans parler de l’Ă©conomie sur la gestion des dĂ©chets) en utilisant nos couches Ă  la place de couches jetables.

 

Je me permets ce courrier car mon entreprise subit Ă  l’heure actuelle un prĂ©judice, indĂ©pendant de notre volontĂ©, qui mets en pĂ©ril toutes ces annĂ©es de travail. Effectivement, lors de la fabrication de notre dernière production de tissu vĂ©gĂ©tal, une Ă©tape de sa mise en forme n’a pas Ă©tĂ© conforme Ă  nos instructions. Faisant confiance au professionnalisme et Ă  l’expĂ©rience des sous-traitants qui participent Ă  cette mise en forme, la totalitĂ© de la production est donc retournĂ©e chez l’un d’entre eux afin de corriger le problème.

 

Malheureusement, cela n’a pas Ă©tĂ© fait correctement et a endommagĂ© la partie impermĂ©able du tissu. Il Ă©tait difficile pour nous de nous rendre compte de ce dĂ©faut, dĂ©jĂ  parce qu’il Ă©tait invisible. Il faut dire que le premier dĂ©faut, lui, par contre, Ă©tait bien corrigĂ©. Ayant encore en stock des couches d’une production de tissu prĂ©cĂ©dente, ce dĂ©faut a Ă©tĂ© camouflĂ© par son mĂ©lange avec des couches conformes. Nous avons commencĂ© Ă  recevoir plusieurs courriels nous informant de fuites. Nous avons cherchĂ© Ă  comprendre tout d’abord en posant des questions sur leur entretien ou leur utilisation par exemple. Mais Ă©tant mĂ©langĂ©es Ă  de bonnes couches, cela n’a pas facilitĂ© la tâche.

 

Une cliente ayant rĂ©pondu Ă  toutes nos questions pour tenter de comprendre, insista sur l’inefficacitĂ© des couches, signalant la prĂ©sence d’humiditĂ© en dehors de la couche, malgrĂ© tous nos conseils d’utilisations et d’entretien. Nous avons donc demandĂ© qu’elle nous renvoi les couches en question afin de les faire analyser aux diffĂ©rents acteurs de la fabrication du tissu. L’un d’eux Ă  rĂ©pondu qu’il devait s’agir d’une lessive abrasive, et l’autre d’un lavage Ă  haute tempĂ©ratures. La cliente fut vexĂ© qu’on remette son entretien en cause car elle promettait d’avoir respectĂ© les conditions d’entretien.

 

Nous avons eu quelques autres personnes signalant ce mĂŞme dĂ©faut et nous cherchions qu’est ce qui pouvait en ĂŞtre l’origine, les renvoyant toujours Ă  des conseils entretien / utilisation. Jusqu’Ă  ce qu’une cliente très attentive, remarque que l’urine passait Ă  travers le tissu impermĂ©able et non pas par les barrières anti-fuites prĂ©vues sur notre couche. Très Ă©tonnĂ©s car cela n’Ă©tait jamais arrivĂ© en 6 ans d’exercice, nous avons fait une nouvelle fois appel Ă  ces sous-traitants, qui cette fois-ci nous ont dit qu’il devait s’agir juste du premier mètre sur la production totale d’environ 500 mètres, le temps que les machines se mettent en route. Une fois de plus, nous avons fait confiance Ă  leur analyse.

 

Peu de temps après, une cliente qui Ă©tait satisfaite durant les premiers mois, car son bĂ©bĂ© Ă©tait petit, faisait moins pipi, et Ă©tait moins lourd (donc exerçait moins de poids sur le fond de couche) est venue Ă  notre atelier pour nous montrer ces couches afin que l’on tente de comprendre son problème : et lĂ , nous avons rĂ©alisĂ© qu’en faisant pression sur le fond de couche avec de l’eau, l’eau passait Ă  travers le tissu de TOUTES les couches qu’elle possĂ©dait. Nous avons immĂ©diatement contrĂ´lĂ© toutes les couches en stock et nous sommes aperçut qu’elles Ă©taient toutes touchĂ©es, certaines plus fortement que d’autres : mais toutes touchĂ©es.

 

Nous avons donc mis en confrontation ces deux sous-traitants afin de comprendre et de dĂ©finir les responsabilitĂ©s de chacun. Hors Ă  ce jour, chacun reste sur ces retranchements et porte la responsabilitĂ© sur l’autre : nous en sommes donc au point mort et actuellement devons faire face seuls Ă  ce problème indĂ©pendant de notre volontĂ©.

Nous avons soldĂ© l’achat de toutes les Ă©tapes de fabrication de ce tissu, qui au final s’avère dĂ©fectueux.

Dans un souci d’honnĂŞtetĂ© avec notre clientèle, tous les stocks de phytocouches VJET ne sont plus proposĂ©s depuis le 17 Mars 2013.

 

A l’heure actuelle nous accusons donc une perte d’environ 17 000 euros au bas mot, et sommes dans l’incapacitĂ© de relancer une nouvelle production, ceci est fort dommage, car nous Ă©tions en train de conclure des contrats avec d’autres collectivitĂ©s, fruit d’Ă©normes efforts et d’investissements personnels, pour faire valoir ce produit au sein de celle-ci et cela sans jamais n’avoir pu toucher un seul salaire, ni pour ma femme, ni pour moi, durant ces 6 ans d’exercice.

 

Nous sommes par ailleurs harcelĂ©s par des clients qui souhaitent tout naturellement un dĂ©dommagement. C’est bien normal car ils se sentent bernĂ©s par notre produit, qui ne correspond pas aux promesses annoncĂ©es.
Notre image de marque est mise Ă  mal et nous ne pouvons ni les rembourser, ni leur proposer un Ă©change. Par ailleurs, mĂŞme si nous le pouvions, nous trouvons qu’il n’est pas Ă  nous d’endosser le prĂ©judice.

 

Une autre grande partie de notre clientèle, qui est ravie de nos produits depuis toutes ces annĂ©es, et qui ne souhaite pas voir disparaĂ®tre notre projet, ni s’Ă©crouler tous nos efforts de dĂ©veloppement, a crĂ©er une pĂ©tition et soulevĂ© un groupe de soutien très actif qui recherche des solutions. En voici les liens via internet :
vers la pétition : https://www.change.org/fr/pétitions/soutenez-l-entreprise-demain-propre
et vers le groupe de soutien : https://www.facebook.com/groups/SoutenonsDemainPropre/

 

Nous vous remercions beaucoup de l’attention que vous porterez Ă  ce courrier, et espĂ©rons que vous pourrez apportez votre collaboration afin de faire perdurer ce projet qui a une Ă©thique Ă©cologique, Ă©conomique et dĂ©fenseur de la fabrication française.

 

Très cordialement,

Arnaud et Rachel Guillaubez
www.demainpropre.com

Brindilles