Education non violente: petit test pour réfléchir !

Votre enfant de 6 ans vient de renverser son bol de céréales… quelle est votre réaction ?

Lors d’un dîner avec des amis, l’un d’eux renverse son verre de vin… quelle est votre réaction ?

Alors, est-ce que vous considérez bien votre bébé, votre enfant comme une personne ?

Kind sagt neinOn ne parle pas souvent des « douces violences » : les mots blessants, les attitudes maladroites qui font aussi mal à l’enfant… A essayer : être à l’écoute de l’enfant, à l’écoute aussi de soi grâce à l’auto-empathie, un concept au cœur de l’éducation non-violente. En un mot, le respect des besoins de chacun pour un respect mutuel et une relation de confiance qui se met en place naturellement.

Nous lançons un appel aux contributions pour de prochains articles sur « la non-violence éducative : mode d’emploi ! » Alors, on attend vos bonnes idées de parents et vos témoignages si vous êtes dans la communication non-violente avec vos enfants.

Mélanie SCHMIDT