Le massage de bébé

le massage de bébéLe massage de bébé est une façon merveilleuse de renforcer la relation parents-enfant et de contribuer au développement de son bout de chou ! Les caresses et stimulations corporelles nourrissent chez le nouveau-né le sentiment d’être accueilli, accepté et aimé.

Le toucher

Le toucher est le premier sens développé par bébé. C’est en effet par la peau, puis par la bouche que vont se produire ses premiers contacts avec la vie extra-utérine. Pendant 9 mois, bébé est bercé et caressé par les parois abdominales de sa mère mais aussi par le liquide amniotique. Lors de l’accouchement, ce contact physique est rompu et le bébé se sent perdu. Le nouveau-né ressent alors le besoin d’être touché, bercé, câliné, caressé afin de retrouver ce lien physique indispensable à son bien-être et si rassurant.

Certaines études portant sur les effets du massages chez les nourrissons ont démontré que les enfants massés prennent plus de poids, font preuve d’un tempérament plus calme et de meilleures dispositions émotionnelles et sociales. Ils se révèlent moins stressés, pleurent moins et s’endorment plus facilement. D’autres études effectuées avec des femmes souffrant de dépression post-partum ont mis en avant des améliorations sur toutes les dimensions de l’interaction entre la mère et l’enfant et sur l’humeur de la mère

Avant de commencer les séances, il est recommandé d’apprendre quelques techniques de massage auprès d’un professionnel, de préférence en suivant des cours avec d’autres parents et leurs bébés. Il existe pour cela, dans de nombreuses villes, des ateliers de massage destinés aux parents et à leurs enfants, ainsi que des cours à domicile (se renseigner auprès de sa mairie). On trouve également de nombreux ouvrages expliquant les gestes de base du massage appropriées aux enfants.

Les bienfaits du massage des nourrissons

  • Il est très relaxant. La plupart des bébés aiment ce type de caresses douces et stimulantes. Un tel contact, doux et affectueux, peut atténuer leur mauvaise humeur et leur irritabilité. 
  • Il régularise le rythme de sommeil des nourrissons. Bébé apprend à se détendre, et son sommeil tendra à devenir plus profond et plus long. L’effectuer avant le coucher peut faciliter son endormissement. Là aussi, des études sont venues confirmer les faits : le massage des bébés contribue à l’ajustement des rythmes éveil-sommeil quotidiens, et facilite ainsi l’initiation du sommeil nocturne. Une augmentation de la production de la mélatonine (l’hormone du sommeil), a été observée lors de ces tests. 
  • Il augmente la sécrétion de l’ocytocine (hormone qui permet l’attachement chez la mère et chez le bébé) et stimule la sécrétion de la prolactine (hormone qui favorise la montée laiteuse). 
  • Il contribue à une bonne digestion (il peut notamment soulager gaz ou coliques). Mais attention à ne pas masser bébé juste après le repas ! 
  • Il favorise la formation de liens affectifs. Le bébé et ses parents apprécient ce moment privilégié, qui n’a lieu qu’entre eux. Il favorise la communication, et peut être un plus dans la compréhension et l’écoute des signaux non verbaux de son enfant. 
  • Les caresses stimulent les muscles et la circulation sanguine, le massage assouplit la peau et les articulations. 
  • Un massage approprié fait du bien aux enfants prématurés. Des recherches montrent qu’il existe un lien entre le massage et la prise de poids par les prématurés.

Où ?

Préférer une pièce bien chauffée (25°C minimum), car bébé doit être nu. Eviter bien évidemment les courants d’air

Papa ou maman peut pratiquer ces séances sur la table à langer, après la toilette, ou mieux encore, sur ses jambes lorsqu’il (elle) est confortablement assis(e) dans son lit ou dans un fauteuil. Son dos doit alors être bien calé contre le mur ou le dossier du fauteuil.

Lorsque l’enfant est plus grand, le massage peut se pratiquer directement sur le sol (sur une serviette propre, voire un petit matelas pour plus de confort), mais attention à ne pas se faire mal au dos : trouver une position confortable !

Quand ?

On va bien évidemment choisir un moment de détente ! Il est nécessaire d’être relaxé(e) et disponible. Le degré d’énergie n’en sera que plus fort. Par les mains, on transmet tout ce que l’on ressent : stress, colère, angoisse, mais aussi peur de mal agir.

Afin de respecter ce calme, couper le téléphone, éteindre la télévision ou la radio. Et pourquoi pas une petite musique d’ambiance, douce et relaxante ?

Eviter de masser bébé immédiatement après la tétée ou le biberon. Eviter aussi de le masser lorsqu’il a très faim ou envie de s’amuser : il ne sera alors pas disponible, et ne profitera pas de la séance ! Préférer le moment du change ou après le bain.

Le massage étant un moment intime et très fort, il faut éviter de masser bébé en présence de personnes inconnues. Un moment de solitude sera bien plus propice à un échange non verbal intense !

Comment ?

La séance de massage doit durer entre 10 et 40 mn, selon l’âge de votre enfant. Le temps de massage s’allongeant au fil de mois. La durée varie en fonction de l’âge et des réactions de l’enfant. Ces massages peuvent être pratiqués par l’un ou l’autre des parents dès 1 ou 2 mois (avant qu’il se mette à ramper et à explorer son environnement) et jusqu’aux 3 ans environ de l’enfant.

On se prépare

Enlever bagues, bracelets et montre qui risqueraient de blesser bébé, faire attention à ses ongles.

Se laver soigneusement les mains.

Réchauffer ses mains en les frottant vivement l’une contre l’autre, ou en les laissant sous l’eau chaude pendant 3-4 minutes.

Puis les enduire d’huile végétale naturelle sans alcool et sans camphre (huile d’amande douce, sésame, monoï véritable, ou encore de l’huile d’olive), que l’on réchauffe entre ses paumes. On peut également utiliser du lait pour le corps adapté aux bébés. Privilégier un produit basique et comestible (du moins sans danger, type huile d’amande douce), étant donné que les bébés portent souvent leurs petites mains et leurs petits pieds à leur bouche.

Arrêter ses pensées.

Faire attention à sa propre respiration et créer un rythme, en gonflant à la fois sa poitrine et son abdomen pendant une lente inspiration. Expirer ensuite lentement et plus profondément que l’inspiration.

La pratique

Chaque séance de massage est composée de simples caresses, de pressions précises, de pétrissages énergiques, voire de quelques mouvements de gymnastique.

Déshabiller entièrement bébé et le placer allongé devant soi.

Les mains doivent être douces et fermes à la fois. Plus qu’une caresse, le massage se veut fait de pressions stimulantes et rassurantes pour l’enfant.

Les mains doivent travailler ensemble, en parfaite synchronisation.

Chaque partie du corps doit être massée : le dos (de la nuque aux fesses), les fesses, le ventre (toujours en formant de petits cercles), les bras, les mains, les jambes, les pieds, et pour finir le visage (le front et les tempes).

Chaque moment se fait doucement quatre ou cinq fois de suite.

Pendant la séance, parler à bébé, tout doucement, afin de lui expliquer ce que l’on est entrain de faire. Cela le rassurera. Citer chaque partie du corps touchée. On peut aussi chanter, et l’écouter « répondre ».

Terminer la séance par un peu de gymnastique douce, avec des mouvements adaptés au corps et à la motricité de bébé.

Instaurer une routine : choisir un moment de la journée où bébé est très calme et réserver 15 minutes par jour à son massage. L’idéal : quand il est détendu, qu’il a les yeux ouverts et qu’il cherche des contacts visuels.

Se faire plaisir et passer un bon moment à deux !

  A noter

Les bébés peuvent uriner souvent spontanément lors de leurs premiers massages, donc se tenir prêt au cas où cela se produit !

Commencer à masser bébé à l’âge de 1 mois. Quelques minutes seulement pour commencer, tout en surveillant les signaux qu’il envoie, ses réactions.

Certains bébés n’apprécient pas le massage la première fois. Si bébé est fatigué, affamé ou, au contraire, si il a le ventre plein, il peut se montrer très sensible. Ou peut-être qu’il réagit, tout simplement, à une nouvelle expérience. Commencer en le caressant doucement, en lui parlant d’un ton très doux ou en chantant pour l’aider à se détendre. Si, malgré tout, il demeure perturbé, remettre à plus tard ou attendre qu’il soit un peu plus âgé.

Si bébé n’apprécie pas les massages, ce n’est pas un problème. Certains petits doivent attendre d’être plus âgés avant d’y prendre goût. Mais certains enfants n’apprécient pas les massages, quels que soient leur âge ou les talents de la personne qui les masse.

Les bons gestes

Il n’y a pas une seule façon de masser bébé ! Dès l’instant que les gestes sont effectués avec la plus grande douceur et qu’ils sont accueillis avec plaisir (pas de pleurs, pas de grimaces de la part du petit massé !), on peut se faire confiance et laisser parler sa créativité ! On peut aussi choisir de se perfectionner et prendre quelques cours, visionner quelques vidéos, se renseigner dans des bouquins…

Regarder bébé dans les yeux l’aide à se détendre et se sentir en confiance. Mains et poignets doivent être détendus, et les doigts joints. Le secret d’un bon massage est de créer autant de contact que possible, en utilisant la totalité de la superficie de la main, particulièrement les paumes. Rechercher le rythme, avec des mouvements lents. Le massage est comme une danse intuitive. Il faut être ferme (mais doux) avec la pression. Bébé n’est pas en sucre !

Le massage est différent des caresses : le contact doit être chaud, doux, mais ferme, fait de pressions stimulantes et rassurantes pour bébé. Une main doit toujours rester en contact avec lui. Il faut faire très attention à son crâne, qui reste fragile pendant plusieurs mois, et commencer par les extrémités du corps : masser le tronc en premier risquerait de le rendre nerveux. S’il n’est pas habitué, on y va progressivement, en ne massant que les jambes par exemple. Et on observe sa réaction.

Il n’y a aucune obligation d’accomplir tous les exercices à chaque massage. Si bébé pleure et ne s’arrête pas, on arrête ! Le massage doit être considéré comme un événement heureux et non pas une souffrance !

Pour commencer, on peut incliner bébé légèrement sur le côté, et avec les mains bien-huilées, frotter doucement autour des épaules et sur le côté. Essayer de rendre les mouvements aussi longs et continus que possible. Il est probable que bébé se tortille un peu au début (faire des petits bruits de cliquetis avec votre langue peut parfois centrer leur attention et souvent les empêcher de se lancer dans une séance de pleurs généralisés. Les bébés aiment le rythme.)

Les jambes : masser chaque jambe avec l’intérieur de la main, entre le pouce et l’index, en faisant se succéder les deux mains de l’aine à la cheville et dans le sens inverse. Cela évacue la tension des jambes, et favorise la circulation du sang vers les pieds. On peut aussi faire rouler la jambe entre ses mains, de la cuisse à la cheville. Puis en remontant sa jambe (sans soulever son bassin), effectuer un mouvement de pression tout doux en la ramenant, pliée, vers le ventre. On peut dans la même idée, lui faire effectuer un mouvement de pédalo. Lors des épisodes de constipation, ce type de pression douce sur l’abdomen peut dynamiser le péristaltisme intestinal.

Les pieds : masser le pied est bénéfique pour tout le corps, car il est extrêmement riche en terminaisons nerveuses, et toute la « cartographie » du corps y est représentée. On retrouve ce concept dans les massages de type réflexologique (qui sont pour leur part bien trop appuyé pour un bébé !). Faire glisser un pouce après l’autre sur la plante du pied, du talon vers les orteils, puis masser chaque orteil. Masser doucement le talon, toute la plante du pied avec les deux pouces, sans oublier le dessus du pied et les chevilles. Y aller doucement pour commencer afin de ne pas trop chatouiller bébé !

Le ventre: poser un moment les mains (bien réchauffées) sur le ventre de bébé, une dizaine de secondes immobiles, puis masser, les faire glisser bien à plat de chaque côté du ventre. En maintenant bébé avec l’autre main sur le côté, décrire des cercles lentement et doucement sur son ventre. Cela peut être un secteur sensible. Si bébé résiste, garder la main immobile pendant un moment, avant de reprendre lentement les cercles.

Avec le plat des doigts, massez dans le sens des aiguilles d’une montre en formant un cercle. Le massage du ventre tonifie le système digestif, aide à réguler le transit et à soulager les gaz et la constipation.

Les bras : tenir le poignet d’une main et, avec l’autre, masser le bras de l’épaule au poignet, avec le plat de la paume, l’intérieur des mains face à soi. Stabiliser l’épaule afin de ne pas soulever le bébé. Comme pour les jambes, effectuer ensuite un léger mouvement de « roulottage », en faisant rouler le bras, les deux mains toujours rapprochées pour ne pas tordre le coude.

Les mains : comme pour les pieds, masser les doigts, puis le dessus de la main, et enfin le poignet en effectuant de petits cercles.

 

Le dos : le massage du dos est souvent le moment le plus relaxant du massage pour le bébé. Le mettre à plat ventre sur ses cuisses, ou sur la table à langer, puis poser les mains en travers du haut du dos. Aller et venir perpendiculairement à l’axe du dos, une main après l’autre, vers les fesses puis remonter vers les épaules, toujours une main posée sur les fesses du bébé.

Décrire enfin de petits cercles avec le bout des doigts sur toute la surface du dos, puis, avec les doigts légèrement écartés, « peindre » le dos des épaules jusqu’aux fesses, tout doucement, comme une caresse. On peut aussi frotter lentement son dos vers le bas en alternant les mouvements, en allant très doucement sur la colonne. Le mouvement de haut en bas a un effet calmant sur le système nerveux de bébé. Séparer alors les mains légèrement de façon à ce que chaque main frotte un côté du dos et alterner les mouvements. Maintenir un rythme régulier et continu, sans jamais oublier de communiquer avec bébé.

Terminer le massage par de petits exercices en douceur, afin d’étirer les muscles du bébé (en veillant toutefois à choisir des exercices adaptés à son âge et à sa motricité).

Contre-indications

On ne masse pas un bébé :

– Que l’on aurait pas prévenu auparavant

– malade, fiévreux

– endormi

– qui vient de subir une intervention chirurgicale

– qui souffre manifestement de douleurs

– qui vient juste de manger

– qui a reçu un vaccin (attendre deux jours pour n’importe quelle réaction, et éviter ensuite de masser l’emplacement de l’injection pendant une semaine)

– en cas d’irruption ou de lésions cutanées.

Brindilles