Le premier souffle (interview)

Bien vivre sa grossesse

« Le Premier souffle » est un CD qui vous invite à vous laisser guider par la voix de la sage-femme Annie Prieux, accompagnée d’une mélodie créée par la compositrice Sylvaine Wiart, pour découvrir la relaxation, la préparation à la naissance et le lâcher-prise en vous entraînant chez vous pour la venue au monde de votre Bébé.

J’ai pu m’entretenir avec Annie pour bien comprendre tout ce que peut nous apporter la relaxation guidĂ©e et en musique pour bien vivre sa grossesse… J’ai ensuite demandĂ© Ă  Sylvaine de nous expliquer comment la musique favorise l’harmonie de la grossesse.

Annie Prieux Ă  Beauvais

Annie Prieux se sentait dĂ©jĂ  sage-femme Ă  4 ans quand elle a vu le cordon de son petit frère : admirative, Ă©merveillĂ©e, elle a eu la chance de suivre son chemin et d’embrasser le mĂ©tier dont elle avait rĂŞvĂ©. Un mĂ©tier qu’elle trouve merveilleux, mais difficile quand on tente de sortir du cadre imposĂ© pour rĂ©pondre aux besoins spĂ©cifiques des patientes. Cette rĂ©flexion a amenĂ© Annie Ă  travailler en libĂ©ral. Son credo : « Il faut non seulement faire naitre l’enfant, mais faire naitre la mère a elle-mĂŞme, puis un peu plus tard la faire naitre Ă  sa dimension de femme. Ces naissances Ă  soi-mĂŞme permettent de ne plus avoir peur, de faire confiance Ă  la vie simplement, de faire grandir pour crĂ©er un monde d’adultes respectueux d eux-mĂŞmes et des autres, respectueux de la VIE ».

Il ne faut ni avoir une vision bisounours de l’accouchement – le risque zĂ©ro n’existe pas -, ni une vision surmĂ©dicalisĂ©e de la maternitĂ©. La clĂ© pour Annie, c’est de rendre la confiance aux femmes dans leur pouvoir d’accoucher, de les aider Ă  se relier Ă  ce qui est instinctif en elles, et Ă  se faire confiance.

Dans le CD intitulĂ© « Le premier souffle », la voix d’Annie Prieux et la musique de Sylvaine Wiart crĂ©ent un climat très sĂ©curisant qui apaise le corps et apprend la dĂ©tente. Cet Ă©tat va s’ imprimer dans la mĂ©moire au fil des Ă©coutes du disque, et se mettre en route rapidement quand le besoin apparaĂ®tra. Pour que cela marche, il faut bien sĂ»r un entraĂ®nement rĂ©gulier. Le jour de l’accouchement, la musique sera comme un outil qui vous aidera Ă  lâcher prise, apaisera le bĂ©bĂ© tout le long du travail, et mĂŞme après la naissance . Il n’est plus Ă  prouver que le bĂ©bĂ© reconnaĂ®t les musiques entendues lors de la grossesse.

Quelques questions posĂ©es Ă  Annie Prieux pour bien comprendre l’esprit de son CD « Le premier souffle »

· Comment dĂ©cririez-vous ce qu’apporte « Le premier souffle » Ă  la prĂ©paration Ă  l’accouchement ?

Il donne aux femmes un outil pour qu’elles retrouvent la confiance, qu’elles cultivent la confiance dans leur capacitĂ© Ă  accoucher et Ă  ĂŞtre mère tout en Ă©tant encouragĂ©es et entourĂ©es. La femme va retrouver ses connaissances instinctives et se rebrancher Ă  ça.

· Comment est organisé ce CD ?

Tout d’abord, j’ai mis dans ce CD une mĂ©thode qui place la femme enceinte dans un Ă©tat de rĂ©ceptivitĂ© ( c’est la mĂ©thode Vittoz) : cela calme le mental et les pensĂ©es parasites. On est ainsi dans un Ă©tat d’Ă©coute de son corps, on ressent les sensations du corps. Le cerveau est au repos : on ressent avant de penser. La femme va mieux s’Ă©couter et trouver ce qui lui convient. La 1ere partie de l’Ă©coute du CD est consacrĂ©e Ă  l’Ă©coute du corps (on enlève les tensions et les douleurs de la grossesse). Cela servira aussi le jour de l’accouchement pour se dĂ©tendre entre les contractions, se dĂ©tendre pendant le travail.

Dans la deuxième partie, on travaille sur la respiration, pour sentir la respiration en soi avec des techniques de yoga. Savoir respirer correctement c’est essentiel.

Dans la 3ème partie, c’est de la sophrologie. Puis pour finir, une partie consacrĂ©e Ă  la visualisation de l’utĂ©rus, de la prise de conscience du corps intĂ©rieur avec un vĂ©ritable cheminement qui se fait dans un Ă©tat d’apaisement pour « ouvrir les portes » et ĂŞtre totalement connectĂ©e Ă  son BĂ©bĂ©. Car BĂ©bĂ© a dĂ©jĂ  des sens et des Ă©motions. « Le jour J, l’enfant prend son destin en main » car le bĂ©bĂ© participe Ă  sa naissance.

– A qui s’adresse ce CD ?

A toutes les femmes, car il n’est pas technique mais il permet d’apprendre Ă  lâcher prise et Ă  s’entraĂ®ner Ă  la maison tous les jours. On peut choisir de l’Ă©couter en entier ou de prendre des petites parties pour se crĂ©er sa bulle, se ressourcer et s’apaiser.

· Vous parlez du lâcher-prise, c’est fondamental pour l’accouchement ?

Oui, on contrĂ´le la technique mais on ne contrĂ´le jamais totalement l’accouchement : on n’accouche ni avec sa volontĂ©, ni avec son savoir.

Dans cet Ă©tat, il est important d’envoyer des messages de paix et de confiance qui permettent au cerveau de secrĂ©ter toutes les hormones nĂ©cessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Ces messages permettront aux rĂ©flexes d accouchement de bien fonctionner, car malheureusement on n’ouvre pas son col avec sa volontĂ©.

Le but du CD est donc de travailler le lâcher-prise indispensable et de s’entraĂ®ner pour mieux gĂ©rer sa respiration, car Sylvaine a adaptĂ© sa musique Ă  mes explications, lorsque je dis « inspirer » la musique invite Ă  l’ouverture et l’inverse Ă  l’expiration. La musique respire au son de la voix et des explications !

Sylvaine Wiart, compositrice du 1er souffle

La compositrice Sylvaine Wiart

En quoi votre musique est aussi importante que la voix d’Annie ?

J’ai composĂ© ce CD dans la conscience que la musique est un raccourci pour toucher une personne profondĂ©ment. Elle se fraie un passage au-delĂ  des mots, et permet au corps et au mental de lâcher plus vite leurs rĂ©sistances, leurs tensions. Unie comme c’est le cas dans ce CD Ă  une parole qui vise Ă  aider Ă  la dĂ©tente, elle la renforce tout simplement, elle induit le geste, le facilite, permet Ă  la respiration de trouver son rythme adĂ©quat tout naturellement.

Parlez-nous de votre choix des mĂ©lodies adaptĂ©es Ă  la respiration de la femme qui se prĂ©pare Ă  l’accouchement ?

En effet, j’ai composĂ© toutes les mĂ©lodies dans un tempo et un balancement de la mesure, dans l’intention prĂ©cise d’amener la femme enceinte Ă  abaisser sa respiration, l’approfondir et la rendre longue et rĂ©gĂ©nĂ©rante. De mĂŞme, le choix des instruments, en prioritĂ© accoustiques , a Ă©tĂ© recherchĂ© de manière Ă  bercer le bĂ©bĂ© et favoriser le contact avec la mère et le père. Le son grave et chaud du violoncelle (jouĂ© par un grand violoncelliste) est très rĂ©Ă©quilibrant.
De mon cĂ´tĂ©, j’ai jouĂ© aussi le piano et les synthĂ©tiseurs d’une traite, de manière Ă  ce que la respiration musicale, le souffle, soient toujours prĂ©sents.

Vous dĂ©crivez votre musique comme n’Ă©tant pas neutre Ă©motionnellement ?

Un autre aspect important auquel je tiens et qui me dĂ©marque d’un bon nombre de musiques de relaxation je crois, est que je n’ai pas recherchĂ© la neutralitĂ© Ă©motionnelle dans ma musique. Elle favorise au contraire la remontĂ©e des Ă©motions, mais en douceur, elle aide la personne Ă  ressentir ce qui est en elle, et l’accompagne avec beaucoup de douceur pour s’en libĂ©rer ou s’en nourrir, pour atteindre un niveau de paix, d’unification et de bien-ĂŞtre nouveau.

La voix et la mĂ©lodie ne font qu’une ?

La particularitĂ© et la force de cette relaxation vient de l’union Ă©troite des mots et des sons, Ă  la fois sur un plan technique et sur un plan plus Ă©motionnel. Annie, par exemple, parle de la respiration basse, et le violoncelle enchaĂ®ne son chant dans la pulsation adĂ©quate pour favoriser la juste expĂ©rimentation de la femme. Elle parle de la communication avec le bĂ©bĂ©, et lĂ  la musique donne l’Ă©lan pour s’ouvrir encore plus; tout le disque est construit dans cette alchimie complice.

TĂ©moignage:

Musique profonde et ressourçante vers laquelle on peut revenir sans cesse chaque jour sans lassitude aucune parce qu’elle touche quelque chose de mouvant, de vivant, quelque chose qui nous permet de nous connecter Ă  notre intimitĂ©, notre Ă©lan de vie. Cette musique nous porte, nous emporte non pas seulement vers des rives lointaines et dĂ©sancrĂ©es (mĂŞme si la part de rĂŞve et d’ailleurs est bien lĂ  dans l’invitation au voyage que l’on vit en l’Ă©coutant) mais aussi vers notre prĂ©sence. Ecouter cette musique c’est aussi nous Ă©couter, reconnaĂ®tre notre musique intĂ©rieure et vibrer Ă  l’unisson de ce qui palpite en nous, de notre souffle, de notre coeur. En ce sens elle apporte un profond apaisement, harmonise notre Ă©nergie quand celle ci est dĂ©centrĂ©e par les alĂ©as du quotidien, procure une sorte de massage intĂ©rieur et nous remet dans l’axe. La future maman et son enfant peuvent ainsi connaĂ®tre un moment de profonde dĂ©tente, d’Ă©coute rĂ©ciproque puisque la musique porte en elle cet Ă©lan de vie primordial, le mouvement continu, doux, puissant comme celui du fleuve que l’on aime Ă  contempler.

Musique toute en douceur et aux mĂ©lodies subtiles et raffinĂ©es, elle n’en n’est pas moins puissante, Ă©mouvante, nous amène Ă  voir loin devant, loin au dedans, lĂ  haut et ici bas. Elle nous accompagne en toute Ă©nergie de passage, au jour qui se lève comme la vie qui prend forme, au jour dĂ©clinant et nous amenant Ă  d’autres lendemains, la vie dans toutes ses dimensions de rĂ©alitĂ© et de mystère. Une musique qui va Ă  l’essentiel parce qu’elle nous touche, nous Ă©meut, nous ramène Ă  l’amour de la vie. »

Le site internet du Premier souffle

Et quelques extraits disponible sur Youtube :

Extrait texte 1

Extrait texte 2

Extrait Musique

MĂ©lanie SCHMIDT