L’Hygiène Naturelle infantile (HNI) sans préjugés

L’Hygiène Naturelle Infantile (HNI), vous connaissez ? Une solution pour ne plus utiliser de couches ou presque pour changer bébé, sans pour autant être une méthode pour obliger à rendre bébé propre avant l’heure, ni même être un apprentissage précoce de la propreté.

L’Hygiène Naturelle infantile (HNI) sans préjugés
L’Hygiène Naturelle infantile (HNI) sans préjugés

Comme pour l’allaitement, le portage ou le massage bébé, l’hygiène naturelle infantile est l’une des possibilités du maternage proximal, une méthode d’éducation visant à créer d’emblée un attachement très fort entre le parent et l’enfant. On doit être à l’écoute de son bébé, connaître son rythme et ses signes d’appel pour anticiper au mieux ses envies de faire ses besoins.

La HNI n’est pas une méthode infaillible pour remplacer langes et couches, mais une autre façon de permettre à bébé de faire ses besoins tout en développant son lien parent/ enfant : on est dans la communication non verbale pour créer du lien et être à l’écoute de son enfant.

Voici quelques pistes pour vous guider si vous voulez tenter l’expérience :

  • Vous pouvez pratiquer la HNI chez vous et opter pour des couches lavables pour partir en promenade. Il peut en effet s’avérer compliqué d’être totalement connecté à Bébé lors d’un trajet en voiture par exemple.
  • Il s’agit d’entrer en communication non verbale avec son bébé et d’être attentif à ses mimiques pour comprendre qu’il est sur le point de faire pipi par exemple.
  • Comme ce n’est pas une méthode pour forcer bébé mais pour être à son écoute, cela peut commencer dès sa naissance quand vous êtes à son contact, à épier ses moindres mouvements… ou bien plus tard.
  • Une méthode qui implique d’être à l’écoute de son enfant et demande donc une implication parentale importante qui va de pair avec un maternage proximal.
  • Ce n’est pas un apprentissage précoce de la propreté et donc, il va y avoir des petits ratés de votre côté : vous pouvez mal déchiffrer les signaux de bébé ou mettre bébé au-dessus du récipient avec retard. Si vous vous sentez débordés, essayer de vous rapprocher des autres parents adeptes de l’HNI pour ne pas être totalement démotivé.
  • Se fier à votre intuition pour trouver « les bons moments » et les proposer à bébé : avant la tétée, après la tétée, au réveil de sa sieste…
  • Plus de couches mais un équipement de base : une peau d’agneau si vous pratiquez l’HNI la nuit, des jambières pour bébé pour que bébé soit habillé d’une façon compatible avec cette pratique et un pot !

Les idées fausses sur l’HNI :

  • Non, bébé ne va pas forcément salir ses habits au lieu de faire dans sa couche : prévoyez un pot pour le tenir délicatement au-dessus quand il vous semble que c’est le moment. Et puis, cela va peut-être même éviter l’érythème fessier du nourrisson (sachez quand même que les couches lavables ont le même avantage !)
  • Non, ce n’est pas une méthode contraignante pour que bébé soit propre avant l’heure.
  • Non, la HNI n’est pas farfelue. Tous les bébés du monde n’ont pas forcément des couches… même si on risque d’être perplexe au départ.

Comme les autres pans du maternage de bébé, l’HNI demande du temps, de la disponibilité pour être totalement à l’écoute de son bébé. Si vous n’y arrivez pas, demandez de l’aide à ceux qui pratiquent cette méthode positivement ou remettez des couches à bébé car le plus important est que le lien parent-enfant se fasse dans la douceur et la communication.

Mélanie SCHMIDT