Mon enfant ne veut pas manger de légumes : trucs et astuces.

Mon enfant ne veut pas manger de légumes : trucs et astuces.Pâtes, riz, pâtes, jambon, poisson pané, pâtes… A écouter les enfants, les repas seraient quelque peu monotones (normal, ils ne se lassent pas de menus répétitifs) et franchement déprimants pour vous.

Vous avez pourtant essayé de faire goûter à votre petit (à défaut de lui faire apprécier) haricots verts, brocolis, petits pois… Mais pas de doute, les enfants ont une attirance innée pour la saveur sucrée. Pas de panique, avec de la patience et de la créativité, ça va venir… Dites-vous que plein de grands végétariens ont eux aussi, un jour, repoussé leur assiette d’épinards dans un « beurk » retentissant !

Armez-vous de patience et dédramatisez

Ne forcez jamais votre enfant à manger, ne le félicitez pas quand il mange, ne le punissez pas s’il ne mange pas et ne faites pas de chantage au dessert. En revanche, ne lui proposez pas de plat de remplacement en cas de refus.

Donnez l’exemple ! Si il vous voit manger avec gourmandise des légumes chaque jour, il est fort probable que votre tout petit se mette à vous imiter. A l’inverse, si vous les bouder, peu de chance qu’il accepte d’être le seul à « subir » les végétaux…

– Il refuse catégoriquement de manger, voire même de goûter ? N’hésitez pas à représenter vingt fois les mêmes légumes au fil des semaines ou des mois, sans le faire remarquer. Il est fort probable qu’un beau jour, sans prévenir, il se régale !

Commencez par des légumes à la saveur douce : carottes caramélisées, potiron, petit pois… Evitez les saveurs amères (épinards, endives) qui sont rarement appréciées de prime abord chez les tout petits.

– Afin d’y aller en douceur, pratiquez la « nouvelle cuisine », en ne mettant que très peu de légumes dans son assiette : un quart de tomate, quatre haricots, cinq petits pois… Bien moins impressionnant qu’une assiette pleine ! Mettez votre enfant en position de demandeur et non de refuseur.

Présentez les légumes à votre enfant en début de repas, quand il est affamé. Il sera moins difficile à convaincre…

Soyez créatif, amusez vous ensemble et bluffez-le !

Faites participer votre enfant aux courses : dès que possible, arpentez ensemble les marchés, les primeurs, les étals des magasins bio où trônent des produits de saison… Parlez-lui des saisons, montrez-lui les légumes, intéressez-le. Le top du top ? Une sortie à la ferme, dans un potager où vous pourrez cueillir vous-même vos légumes.

Dans la foulée, de retour à la maison, cuisinez ces produits ensemble : dès 2 ans, faites le participer, laver les légumes ou glisser un bouillon dans l’eau… Ce sera bien plus rigolo que d’ouvrir une boîte ou un sachet de surgelé (ce qui ne vous empêche pas de toujours avoir quelques légumes de côtés dans le congélateur) ! Et surtout, quel bonheur de manger le plat cuisiné en famille…

Rendez l’opération ludique : ensemble, faites des petits jeux, des « ateliers » sur les goûts et les couleurs… bandez-vous les yeux et pariez sur celui qui réussira à nommer toutes les saveurs en premier…

Variez les présentations et étonnez votre enfant avec les couleurs, les odeurs, la décoration des plats…

– Un décor rigolo : une tête réalisée en crudités (les cheveux en carottes râpées, le nez en tomate cerise, la bouche en ketchup…),

– Des petits bateaux de pommes de terre sur une mer de purée de légumes verts,

– De jolies graines germées à attraper avec les doigts,

– Des fines herbes fraîches, esthétiques et au goût subtil,

– Prenez des moules amusants, des emporte-pièces en forme d’animaux, d’étoiles, etc. Moulez les légumes cuits hachés et mélangés (avec un peu de farine pour que l’ensemble se tienne bien), démoulez délicatement et poêlez…

Pour lui faire découvrir les légumes de manière ludique, servez-lui de toutes petites quantités de différentes variétés et commentez avec lui les couleurs, les textures, les goûts…

Amusez-vous à faire pousser des graines germées ensemble (radis noir, alfalfa, soja, blé, lentilles….) facile, économique et ludique ! Idem

avec, en fonction de la surface disponible (balcon ou jardin, c’est pas pareil), des fines herbes en pot, des tomates…

Surprenez-le : faites preuve d’un peu d’imagination (et investissez dans un livre de recettes végétariennes, source d’idées) : purées colorées, risottos, semoule aux petits pois, lasagnes aux légumes, légumes farcis au riz, mini pizzas aux légumes, crêpes et omelettes fourrées aux légumes, cakes, tartes ou terrines aux légumes…

Variez les ambiances : pique-nique dans le salon, apéritif dînatoire, buffet original. Dès que l’occasion s’y prête et que vous en avez le temps, transformez un simple repas en « mini fête ».

Camouflez, rusez…

– N’hésitez pas à mélanger les légumes avec des ingrédients déjà acceptés facilement. Au hasard… la pomme de terre. Ou encore le riz, la carotte… Très souvent, la « dissimulation » reste le meilleur moyen d’introduire un nouvel ingrédient. Hop, on le cache dans une purée, un gratin, des croquettes…

Essayez les recettes végétariennes en alternative aux recettes traditionnelles : hachis parmentier végétarien, lasagnes aux légumes, couscous végétarien, chili sans viande, curry doux aux légumes… Avec un peu de chance, il n’y verra que du feu !

Préparez des soupes épaisses et « complètes » à base de légumes bien sûr mais également de pâtes, blé, riz, poulet, œufs etc.

Variez les modes de cuisson afin de varier les textures : eau, vapeur, beignets, en papillotes, rissolés…

Reste encore

– Si vous voulez le faire participer à la conception des menus, faites des choix fermés : gratin de courgette ou omelette aux épinards? Sinon, vous savez déjà ce qu’il va vous répondre (des pâtes au hasard ? Pas croyable)…

Pensez aux crudités « à la croque » avec sauces (yaourt, fromage blanc et fines herbes, béchamel…).

– Vous pouvez essayer de mettre votre enfant en contact avec des enfants de son âge ou un peu plus âgés lors des repas. Les autres enfants exerçant toujours une fascination, cela pourrait l’amener à imiter leurs comportements alimentaires.

Composez de grandes salades de toutes les couleurs avec des légumes frais, des herbes aromatiques (demandez-lui de les cueillir sur le balcon), quelques graines (courge, tournesol), des huiles parfumées (noix, noisette, courge grillée)…

A vous de jouer maintenant. N’oubliez pas cependant qu’un excès de cuisson détruit nombre des précieuse qualités nutritionnelles des légumes. Il est important de privilégier le cru, sous forme de « croque au sel », salades composées, jus de légumes, voire cuisson extra douces. Et si vraiment les légumes, ça ne passe pas, proposez-lui des fruits…

Cécile Van Lith

Naturopathe

Brindilles