Vive le co-dodo ! Mais pas n’importe comment…

Baby sleeping close to her mother, holding her fingerFaire dormir bébé dans votre chambre, voire dans votre lit est une bonne manière de développer votre confiance en vous de jeune parent, ainsi que le lien avec votre enfant. C’est aussi un moyen de rendre l’allaitement plus facile et moins fatigant : quand on n’a pas besoin de se lever pour aller donner le sein à bébé, ce dernier est satisfait plus vite, il a le sentiment rassurant que ses besoins sont bien pris en compte… et maman se rendort plus vite aussi ! Quelques règles indispensables doivent cependant être rigoureusement respectées pour pratiquer le co-dodo en sécurité.

Première formule, le berceau installé dans la chambre de papa / maman. L’alternative, c’est le berceau « co-sleeper » que l’on accroche sur le côté du lit parental. La principale différence est que dans le second cas, il faut acheter un berceau co-sleeper.

Le partage du lit parental implique de votre part de vous passer de toute couette, couverture ou oreiller. Bébé dormira dans sa turbulette, et vous dans un bon pyjama ! Dans tous les cas, évitez absolument les objets mous dans votre lit, et veillez à ce que votre matelas lui-même soit plutôt ferme.

Encore une règle absolue : ne faites jamais dormir votre enfant dans votre chambre si vous êtes fumeur, ou bien les jours où vous avez consommé de l’alcool ou des médicaments favorisant l’endormissement. Evitez aussi le co-dodo si vous consommez des drogues.

Selon une vaste étude publiée le mois dernier dans le British Medical Journal, dormir dans le lit de ses parents avant l’âge de trois mois multiplie par cinq le risque de mort subite du nourrisson, une tragédie qui frappe 250 familles chaque année en France. A noter que la surmortalité a été observée même dans le cas de parents n’ayant ni fumé, ni bu, ni pris de drogue.

Les auteurs de l’étude ne déconseillent pas de réconforter bébé dans le lit parental, pourvu qu’il retourne ensuite dans son berceau.

De son côté en France, l’Institut national de veille sanitaire conseille un « couchage séparé mais à proximité ». Car pour le développement de bébé, les avantages de dormir dans la chambre de ses parents sont bien réels.

Un bébé en co-dodo a toutes les chances de moins pleurer pendant la nuit, en tous cas moins longtemps. Il va se sentir mieux compris et donc prendre confiance en lui. Certaines études montrent aussi une meilleure régulation de la température et du rythme cardiaque chez le bébé en co-dodo.

J’ai vécu moi-même l’expérience du co-dodo à la naissance de chacun de mes enfants et pour l’avoir vécu doublement avec mes jumeaux nés en 2011, j’ai trouvé cela très positif. J’allaitais à la demande, sans avoir besoin de me lever, et j’avais l’impression de mieux les surveiller. En fonction de mon état de fatigue, je les faisais dormir soit dans mon lit, soit dans un berceau co-sleeper.

Mais tout le monde n’est pas adepte du co-dodo : alors que certains papas sont ravis, d’autres (et parfois les mêmes !) regrettent que cette pratique retarde le retour de l’intimité du couple. Pour d’autres enfin, la chambre des parents est un espace « sacré » dans lequel  les enfants ne doivent pas dormir… mais, avec le temps et un peu d’habitude, tout le monde peut trouver sa place dans la pratique du sommeil partagé !

Mélanie SCHMIDT